La Vie des Morues

Publié le par Lily

                   morues.gif

Titre : Les Morues

Auteur : Titiou Lecoq

Editeur :  Au Diable Vauvert

Genre : Vie d’aujourd’hui

Prix : 22 €

 

4éme de couverture : C'est l'histoire des Morues, trois filles et un garçon, trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Conain, continue comme u n polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et d'achève finalement sur le roman de comment on s'aime et on se désire, en France, à l'ére de l'internet. C'est le roman d'une époque, la nôtre. 

 

Pourquoi j'ai lu ce livre : Ce livre m'est tombé dans les mains un peu par hasard, j'étais à la bibliothèque que je fréquente habituellement (celle de Loos-en-Gohelle, mais vu que personne ne connaît c'était peut-être pas la peine de préciser ^^), et comme d'habitude j'étais très pressée, ma soeur m'attendant dans la voiture. Je suis allée voir la table des nouveautés et au milieu d'un tas de couverture triste et morne, j'ai vu celle-ci, toute de suite elle m'a accrochée  et le titre m'a fait rire. Donc je n'ai pas réfléchi trop longtemps, je l'ai embarquée.

 

Mon avis : Quand je lu la 4éme de couverture, je me suis dis ouah en faite on n'apprend pas grand-chose sur ce livre. Pour moi elle était trop énigmatique, mais une fois la lecture fini je me suis dis, mais en faite si c'est ça, tout à fait ça.

 Dans ce livre, qui est au premier abord un simple livre de chick-lit, on rencontre Ema, la trentaine, journaliste, et sado-maso à ses heures perdues. Ema vient de perdre sa meilleure amie d'enfance, Charlotte, avec qui elle avait perdu contact quelques années plutôt. Charlotte s'est suicidée. Ema ne veut pas l'accepter et décide "d'enquêter" sur l'article que Charlotte écrivait avant de mourir. En suivant cette enquête, on suit également les morues, le groupe de copine d'Ema, auquel vient s'ajouter Fred, surdoué, pommé, inadapté social qui n'attend pas grand chose de la vie. On les suit dans leurs vies amoureuses, au travail, au Bottle (le QG des morues). A partager leurs intimités comme ça on en vient à devenir très proche d'eux, et une fois la dernière page lue, on a l'impression de devoir dire au revoir à de vieux amis.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, car il pose tout un tas de question sur notre société comme : Est-il possible de se dire "féministe" au XXIéme siècle tous en vivant une vie de couple normal ? Quel peut-être l'impact de notre vie virtuel, sur notre vrai vie ? L'Etat peut-il se désengager de la culture sans que cela ne pose aucun problème ? ... Donc pour 

revenir à ce que je disais au début, certes au première abord c'est un énième livre de chick-lit, mais au final comme le dit la 4éme : "c'est le roman d'une époque, la notre".

Toute cette histoire est servie par un style très direct et contemporain, très plaisant à lire. D'un point de vue purement visuel aussi, il est très agréable à lire, il n'est pas écrit trop petit, le tout et très bien aérées.

 

Pour finir je dirais que c'est un bon livre de plage pour qui ne souhaite pas mettre son cerveau en pause durant les vacances. (Je sais je m'avance un peu, on est en Avril, mais que voulez-vous je crois que j'ai besoin de partir ^^).

 

Les Extraits :

"Charlotte représentait l'avant. Elles n'avaient jamais été "friends" sur MSN, Myspace, Facebook. Elles avaient été copines à une époque pù sortir dans la rue avec un téléphone -oui, vous savez, un téléphone, pas ces petites merdes de la taille d'un paquet de cigarettes non, l'énorme cube en plastique qui trône sur un meuble et pèse trois tonnes - relevait du délire poético-surréaliste [...] Une éposque où on disait une phrase aujourd'hui absurde 'Excusez-moi de vous déranger, c'est Ema, je voudrais parler à Charlotte s'il vous plaît". Le monde avant donc..."

 

"Pour les Morues, il paraissait évident que les réflexes sexistes dont on accusait les hommes, c'était d'abord chez les femmes qu'il fallait les traquer. Tous ces automatismes enfouis, larvés, fruits d'un long conditionnement. Mais il était foutument plus difficile, car honteux de se reconnaître un comportement de femme soumise que de balancer aux hommes qu'ils étaient des machos en puissance."

 


Publié dans Romans Contemporains

Commenter cet article

Lizouzou 16/05/2012 16:13

Je l'ai lu en début d'année, et comme toi, au premier abord on dirait vraiment un livre chick lit mais en fait pas du tout !
Le style de l'auteure est assez vif et je sais qu'il ne plaira pas à tout le monde !

ps : Loos en Gohelle, mon chef y habite donc je connais de nom ^^

Lily 17/05/2012 11:16



Enfin quelqu'un qui connait